La motivation. D’où vient-elle ? Comment motiver autrui ?

14228777642_SHUM268_258.jpg
Le magazine Sciences Humaines explore dans son numéro de mars 2015 les ressorts de la motivation.

Qu’est ce qui nous pousse à agir alors que rien ni personne ne nous y contraint ?

Depuis un siècle, dans le sillon du béhaviorisme (ou comportementalisme) les recherches en psychologie ont donné lieu à de très nombreuses théories sur la motivation. Elles n’ont pas réussi à en donner la recette mais elles ont pu mettre en évidence les ingrédients nécessaires : le sentiment d’efficacité personnelle, la façon dont on aborde ses propres contre-performances, l’interaction avec une personne de confiance, la capacité d’autodétermination, le besoin de reconnaissance…

Ainsi, les théories modernes et l’émergence du cognitivisme mettent en évidence l’importance de l’estime de soi. « Il ne suffit pas de savoir ce que l’on veut faire pour être motivé, il faut également s’estimer capable de le faire ». La motivation n’est donc pas un état mais un processus visant un résultat.


Qu’est ce qui nous motive : la carotte, le bâton ou la curiosité?

Agir par plaisir pour satisfaire librement une curiosité, une envie, (motivation intrinsèque) est un moteur plus puissant que la motivation extrinsèque qui passe par « le renforcement » positif ( récompense, félicitations, bonne note, prime..) et l’évitement de la contrainte ( mauvaise note, blâme…).

Il faut donc pour des tâches peu attractives et difficiles, fractionner la tâche pour la rendre plus accessible, accroitre les possibilités de réussite et diminuer l’échec qui décourage et tue la motivation. L’élève ou l’individu doit toujours voir le lien entre ce qu’il fait, ses efforts et les résultats pour rester motivé.


Mobiliser et susciter l’envie d’apprendre

Philippe Meirieu intervient sous l’angle pédagogique. Ce qui est dans l’intérêt de l’élève n’est pas forcément ce qui l’intéresse, c’est pourquoi il faut mobiliser plus que motiver. « Le rôle du pédagogue est de créer les conditions pour que tous les élèves se mobilisent pour acquérir les savoirs que l’on juge nécessaires à leur développement ainsi qu’à leur réussite scolaire, professionnelle et citoyenne».

Pour cela, il donne quatre voies pédagogiques : Faire le lien entre connaissances scolaires et les usages futur de ce qui est appris ( « motivation expectative »), engager des démarches de projets autour de réalisations valorisantes, résoudre des situations-problèmes pour dépasser des obstacles , organiser des rencontres avec une œuvre de culture pour comprendre le monde et sa place dans le monde.


Le rôle du plaisir et de l'argent

O. Houdé, professeur de psychologie à l’université de Paris V, montre que les élèves ressentent du plaisir et donc de la motivation à raisonner s’ils comprennent pourquoi ils se trompent et accèdent ensuite à la bonne réponse. La compréhension de ce qui se passe dans notre cerveau ,l’apprentissage de la résistance à nos automatismes, le recours à des « jeux » et à des défis sont autant de pistes pour susciter plaisir d’apprendre et motivation . (pour en savoir plus sur les travaux d’Olivier Houdé)

L’argent motive-t-il ? Les recherches en économie comportementale menées par Dan Ariely, Professeur de psychologie et d’économie comportementale à l’université de Duke (EU) montrent que nos comportements en matière économique ne sont pas guidés par le soucis de gagner de l’argent ou d’en économiser. Nos motivations ne sont donc pas rationnelles comme le suggère la théorie classique mais mues par les normes sociales et des mécanismes psychologiques (préférence pour le présent, perception relative des prix, usure de la volonté)


La motivation ne se déclenche pas automatiquement et ne peut être manipulée, heureusement ! Elle surgit souvent dans l’interaction, c’est pourquoi, il est essentielle de témoigner par sa pratique du plaisir de toujours apprendre et comprendre.

#motivation #psychologie #plaisirdapprendre #economiecomportementale

posts récents
Archives
 Tags
Pas encore de mots-clés.